Porto Rotondo What Else?


Une dame de Rome, adepte de la vie slow, affirmait qu’il n’y avait aucune raison au monde pour entreprendre un voyage interminable vers les Caraïbes quand les Caraïbes sont déjà en Italie ! Question de goûts, mais aussi d’équilibres politiques, parce qu’une plage des Caraïbes à kilomètre zéro est aujourd’hui un choix dicté par le besoin de sécurité. Peut-être est-il donc mieux de se réfugier dans des endroits dont le seul pêché, selon certaines personnes, est le manque d’authenticité.  Porto Rotondo et Porto Cervo peuvent se vanter d’avoir un niveau de sécurité impeccable, indispensable en raison de la richesse de leurs patrimoines. Il est certes vrai que ces endroits n’ont qu’un demi-siècle, mais après tout, la tradition doit bien commencer quelque part. À un certain moment de l’histoire, Rome a dû être fondée elle aussi. L’empereur Tibère, quant à lui, s’est retiré dans sa villa de Capri construite au beau milieu de nulle part. Le poète Catulle a lui aussi choisi un territoire non contaminé : une magnifique péninsule déshabitée qui s’avance dans les eaux du lac de Garde.

Très probablement, les villas bâties par les patriciens vénitiens sur le fleuve Brenta – où fut d’ailleurs inventé le mot « villégiature » – avaient l’air exagérément nouvelles à l’époque. Aujourd’hui comme hier, l’isolement n’a qu’une brève durée. En effet, dès que les pionniers ont prononcé les mots « coin de paradis », tout le monde s’est précipité. Quand les années passent sur le nouveau et l’éclat de la « peinture fraîche » ternit, c’est la tradition qui commence. Sur la Costa Smeralda, nombreux sont ceux qui peuvent affirmer venir passer leurs vacances à Porto Rotondo depuis quarante, voire même cinquante, ans. Le retour à cette mer est devenu une tradition de famille. Beaucoup de personnes crient haut et fort « Sardaigne forever ». Et pour cause ! Aux Seychelles par exemple, le soir vous tombe dessus trop tôt, et à Zanzibar, la coupure de courant risque à tout moment d’immobiliser les pales du ventilateur…

La qualité de vie, sur la côte nord-est de la Sardaigne, est excellente. Flanqué d’une architecture faite expressément pour profiter pleinement de la nature et non pas pour la blesser – comme c’est malheureusement souvent le cas ailleurs, Porto Rotondo propose une qualité de vie qui ne craint pas la comparaison. Quiconque respire pour la première fois l’extraordinaire parfum de l’hélichryse se sent immédiatement à la maison, et tous s’accordent à dire que les points forts de ce délicieux coin de la Méditerranée sont la sécurité et la liberté. Sans la sécurité, la liberté est impensable.   Vous pouvez, bien entendu, participer à des fêtes et à des inaugurations, mais aussi organiser une pêche à l’oursin en janvier, faire une cueillette de bettes maritimes en mars ou de champignons en octobre. Vous pouvez choisir la plage trendy ou un rocher tranquille pour un peu de lecture. Les petites places sont très fréquentées, et à la maison, on cuisine pour les amis des bons petits plats avec les produits de l’île. Vous pouvez faire un saut à Porto Cervo pour faire le tour des boutiques griffées, ou vous en mettre plein la vue avec les ouvrages des architectes Jacques Couëlle, Luigi Vietti et Michele Busiri Vici qui a signé l’église Stella Maris.

Vous pouvez vous balader entre Spargi et Budelli, vous baigner à Caprera ou à Mortorio, assister au Festival du Cinéma de Tavolara, faire un « mirto » maison, prendre un bain de minuit sur la plage Ira, quand elle est déserte. La liberté, c’est boire la bière Ichnusa à la bouteille comme le font les Sardes, et le champagne dans une flûte au Sporting… mais le contraire n’est pas mal non plus !  À Porto Rotondo, les hommes peuvent s’amuser à pêcher les calamars en novembre à bord d’un simple canot pneumatique, alors que ces dames peuvent se consacrer au shopping, au bronzage et à la mode. La vie à Porto Rotondo est aussi géniale quand les touristes rentrent chez eux. Vous vous rendez alors compte que les quelques personnes restantes se connaissent toutes. Chaque soir, un dîner ou une partie de Burraco sont organisés. Porto Rotondo comporte aussi le service de navette mer-mer qui vous emmène d’un bout à l’autre du village, le théâtre Mario Ceroli où passer la soirée ou voir un film, la superbe église San Lorenzo où assister à la messe, sans oublier les fêtes inventées de toutes pièces par le Comte Donà delle Rose où s’amuser. À Porto Rotondo, les plus jeunes vont à l’école de voile, les grands parlent de bateaux. Il y a le médecin de garde (« guardia medica ») et un petit supermarché avec des charcuteries de premier choix. Vous trouvez toujours un ami qui peut vous porter à l’aéroport, la laverie automatique, le fournisseur de gaz en bouteille… Juste devant la maison, la plage et une mer cristalline, derrière la maison, la Gallura et toute la Sardaigne à apprécier avec calme chaque année… what else ?

Testi by N.T